Horloges circadiennes et métabolisme

Responsable : Etienne Challet

Le système circadien chez les mammifères comprend un réseau d’horloges endogènes générant une rythmicité interne. Au sommet du système circadien se situe une horloge principale, les noyaux suprachiasmatiques de l’hypothalamus (SCN), qui impose son rythme à des horloges secondaires centrales ou périphériques. De nombreux rythmes circadiens, comportementaux (par ex., cycle veille-sommeil) et physiologiques (par ex., rythmes de mélatonine et glucocorticoïdes), sont contrôlés par cette structure clé. L’horloge suprachiasmatique est principalement synchronisée par les signaux lumineux. Des facteurs non-photiques, tels que des signaux d’éveil ou nutritionnels, peuvent également déphaser l’horloge principale en obscurité constante ou moduler ses réponses circadiennes à la lumière. L’heure du repas est un puissant synchroniseur des horloges secondaires dans les structures nerveuses centrales (par ex., le cervelet) et les organes périphériques (par ex., le foie).
Notre équipe étudie le fonctionnement des horloges cérébrales et leur synchronisation par des stimuli activant les structures de l’éveil et des facteurs nutritionnels, en utilisant une approche intégrative qui combine la biologie moléculaire et la physiologie comparée. Notre objectif principal est d’identifier les voies par lesquelles les horloges cérébrales contrôlent la rythmicité des processus physiologiques, y compris les rythmes journaliers de prise alimentaire et d’anticipation des repas, et comment ces rythmes sont régulés par les signaux liés à l’éveil et à l’ingestion de nourriture.


Projets de l’équipe



Membres

Chercheur(e)s

Etienne CHALLET

(DR2 CNRS)

Paul PEVET

(DRe CNRS, Pr conventionné Unistra)

Sylvie RAISON

(PU Unistra)

Patrick VUILLEZ

(MC HDR Unistra)

Doctorant(e)s

Rosanna CAPUTO

thèse Idex, en co-direction avec J. Meijer,
Université de Leiden, Pays-Bas

Ingénieur(e)s / Technicien(ne)s

Stéphanie DUMONT- KIENTZY

(AI Unistra)


Publications choisies

Challet E (2019). The circadian regulation of food intake. Nat Rev Endocrinol 15: 393-405.

Klosen P, Lapmanee S, Schuster C, Guardiola B, Hicks D, Pevet P, Felder-Schmittbuhl MP (2019). MT1 and MT2 melatonin receptors are expressed in non-overlapping neuronal populations. J Pineal Res 67: e12575.

Sen S, Dumont S, Sage-Ciocca D, Reibel S, de Goede P, Kalsbeek A, Challet E (2018). Expression of the clock gene Rev-erba in the brain controls the circadian organization of food intake and locomotor activity, but not daily variations of energy metabolism. J Neuroendocrinol 30: e12557.

Sen S, Raingard H, Dumont S, Kalsbeek A, Vuillez P, Challet E (2017). Ultradian feeding in mice not only affects the peripheral clock in the liver, but also the master clock in the brain. Chronobiol Int 34: 17-36.

Jha PK, Bouaouda H, Gourmelen S, Dumont S, Fuchs F, Goumon Y, Bourgin P, Kalsbeek A, Challet E (2017). Sleep deprivation and caffeine treatment potentiate photic resetting of the master circadian clock in a diurnal rodent. J Neurosci 37: 4343-4358.

Delezie J, Dumont S, Sandu C, Reibel S, Pevet P, Challet E (2016) Rev-erba in the brain is essential for circadian food entrainment. Sci Rep 6: 29386.

Grosbellet E, Zahn S, Arrive M, Dumont S, Gourmelen S, Pevet P, Challet E*, Criscuolo F* (2015). Circadian desynchronization triggers premature cellular aging in a diurnal rodent. FASEB J 29:4794-4803.